Vue sur le plafond cathédrale de la bibliothèque

L’art visuel

Date: 17 décembre 2015

Auteur(e): David Goulet

Catégorie(s):

Sans nécessairement faire un cours de psychologie approfondi sur les différents états d’esprit ou personnali tés schizophrènes d’un architecte, nous pouvons nous entendre sur le fait que celui-ci a un côté gestionnaire et un côté artiste. Je fais appel à votre côté artistique pour le présent article.

Comme vous le savez, depuis quelques années, lorsque nous avons un projet public subventionné par le gouvernement (école, poste de police, etc.), 1 % du budget doit être alloué à un concours pour la sélection d’un artiste qui réalisera une oeuvre inscrite au projet. Souvent, ces projets sont critiqués ou jugés, même sous leur forme embryonnaire. Mais les artistes peuvent avoir plus d’un tour dans leur sac afin de nous présenter une oeuvre appréciable à observer et à analyser.

J’ai un peu honte de dire que c’était mon cas lorsque j’ai jeté un coup d’oeil au projet préliminaire de l’artiste qui s’est vu octroyer le contrat pour notre mandat de l’agrandissement de l’école Le Carrefour, à Saint-Rémi-d’Amherst, près de Brébeuf. En effet, j’avais certaines réserves quant à la composition d’une sculpture suspendue de chaise et de pupitres. Par contre, dès le début de l’assemblage de l’oeuvre à l’endroit désigné (le plafond cathédrale de la bibliothèque), mon opinion a vite changé. Cette sculpture de bois massif aux couleurs vives, contrastant avec notre design aux couleurs sobres et pures, est valorisée le jour par l’éclairage naturel de notre mur-rideau situé au sud-ouest et mise en évidence le soir par les nombreux luminaires. L’artiste a su tirer profit de notre architecture afin d’y intégrer son oeuvre et de la faire voir de tous les points de vue.

N’oubliez pas que le métier d’artiste n’est pas très loin de l’architecture et qu’il nous est facile d’intégrer à nos projets l’art sous toutes ses formes. 

Voici quelques oeuvres qu’il me semble intéressant de vous présenter pour réflexion.