Denis G. Tremblay remet une montre souvenir à Richard Côté pour souligner son départ

Portrait de Richard Côté

Date: 19 avril 2016

Auteur(e): Patrice J. Tremblay

Catégorie(s):

Après cinq ans avec nous et une carrière bien remplie, notre collègue et ami Richard Côté prend une retraite bien méritée. Nous vous proposons un portrait éclair de ce jeune retraité!

Natif de Drummondville, Richard passe la majorité de sa jeunesse à Beauport, en banlieue de Québec. Âgé d’à peine 10 ans, le petit Richard consacre son temps de récréation à imaginer l’aménagement intérieur d’un bâtiment abandonné et inaccessible situé près de son école primaire. Sa mère l’accompagne dans cet exercice de planification d’espaces en lui faisant découvrir la notion d’échelle, ce qui l’amène à s’intéresser à l’architecture. Il entreprend donc ses études en architecture à l’Université Laval en 1970. Dès sa troisième année, notre confrère concilie ses études avec un emploi au sein d’un cabinet d’architecture du paysage et de design urbain. Il obtient son baccalauréat en 1974 et reste à l’emploi de son ancien professeur, qui déménage ses activités professionnelles à Montréal.

Les Jeux olympiques animent le Québec. Richard, cherchant de nouveaux défis, quitte Montréal pour joindre l’agence Clément, Lévesque et Mercier architectes, installée dans la belle région des Laurentides. Il sera reçu membre de l’Ordre des architectes du Québec l’année suivante. Richard Côté adopte la ville de Saint-Jérôme, où il oeuvrera pendant près de 35 ans. Richard n’a pas froid aux yeux. À la suite de la dissolution de l’agence jérômienne, il se lance à son compte en s’associant ponctuellement avec chacun des trois architectes qui l’avaient accueilli deux années auparavant. À l’aube des années 1980, l’informatique est à ses balbutiements. Les outils de l’architecte se limitent à une table à dessin, quelques crayons, du papier, une règle triangulaire et un té à dessin. L’artiste pratique son art comme celui-ci se pratiquait depuis toujours. Les crayons et les effaces régneront comme seuls outils de travail jusqu’en 1995, année où un premier ordinateur entre au bureau de Richard Côté.

La taille modeste de l’équipe nécessite la création de consortiums afin de pouvoir travailler à des projets de plus
grande envergure financés par l’État. Localement, Richard se constitue un groupe de clients fidèles. Il note toutefois que ses réalisations préférées sont celles de petite envergure. Sa plus grande satisfaction réside dans le fait de les avoir menés à terme de la phase conceptuelle jusqu’à la livraison finale. Parmi celles-ci, Richard est particulièrement fier de la Mercerie Morand et d’un immeuble à condominiums érigé sur l’île Idéale, à Saint-Jérôme. L’aménagement intérieur des locaux de la Caisse Desjardins de Prévost, de Saint-Canut et du siège social de Saint-Jérôme portent aussi la signature de Richard.

La fusion de l’équipe de Saint-Jérôme s’est produite à la suite de la création d’un consortium qui ouvrait l’accès au territoire de la Rivière-du-Nord à notre entreprise lavalloise. La personnalité unique de l’équipe de Richard Côté était reconnue et la rapidité dans l’exécution des mandats est venue bonifier l’offre de services de la famille TLA.

L’expérience acquise au cours des décennies a fait de Richard Côté un mentor apprécié, en phase avec la philosophie de TLA qui consiste à faire bénéficier les plus jeunes d’entre nous de l’expérience des plus vieux. Nous souhaitons que cet amoureux de l’architecture puisse profiter pleinement de cette retraite méritée et nous lui ouvrons toutes grandes les pages de notre Tremä afin qu’il puisse continuer à nous faire apprécier ses récits de voyage et son amour pour le patrimoine bâti.

Richard Côté prend une retraite bien méritée